Skip to content.

Boost Industrie et Services

Sections
Personal tools
You are here: Home » Projets » Aéronautique » PME et entreprise étendue

PME et entreprise étendue

Pour la PME le terme "Entreprise étendue" reste souvent une abstraction, un concept éloigné des contingences d'exploitation. Pour donner un sens et simplifier ce terme générique on pourrait lui apporter une traduction fonctionnelle. L'entreprise étendue c'est une plus grande collaboration entre clients et fournisseurs, une meilleure gestion des connaissances avec des relations d'informations plus étroites.

  "Collaborer"

..."Travailler plus vite et mieux ensemble " "Répondre à une offre globale", "Développer de nouveaux produits complexes", … on pourrait multiplier les exemples d'amélioration de la performance globale des entreprises. Pour les mettre en œuvre, les structures d'entreprises évoluent, les technologies numériques investissent l'ensemble des processus des entreprises et les besoins de communications et d'échanges numériques interentreprises augmentent quotidiennement. Pour améliorer leur compétitivité, toutes les entreprises, des plus grandes aux plus petites doivent s'intégrer numériquement au sein de leurs filières.

Quels moyens doit-on mettre en œuvre pour faciliter cette intégration? Quels sont les outils, instruments et   méthodes disponibles pour pouvoir se positionner sur les nouveaux flux d'échanges et réussir son intégration ? Il ne suffit pas d'acquérir le dernier outil en vogue, il faut que celui-ci nous permette de travailler avec nos partenaires sans écueil technologique tout en s'intégrant dans notre propre système de production. 

  L’entreprise étendue une réalité

Les entreprises ont commencé par s’intéresser à l’optimisation de leurs collaboration avec leurs fournisseurs immédiats, en suivant le principe que, en partageant plus efficacement la connaissance, les sociétés peuvent gagner du temps, réduire les coûts et, surtout, accroître leurs revenus. Cette approche est très liée à la généralisation de l’organisation du travail en mode projet. Parallèlement, la numérisation  des documents, des informations, des données produites et manipulées par les entreprises se généralise. Ces trois concepts structurent l’entreprise étendue .

D'un point de vue fonctionnel, l'Entreprise étendue se traduit par une plus grande collaboration et une meilleure gestion des connaissances. Les relations d'informations sont étroites . Le cycle de production fait l'objet la plupart du temps d'un échange de données entre Système de Gestion de Données Techniques et des Progiciels de Gestion Intégrés des entreprises entre elles.



Elle permet également de répondre aux problématiques de gestion de cycle produit, en agrégeant de manière satisfaisante les données de conception, de gestion financière et logistique, les données relatives aux fournisseurs et aux clients.

Pour le donneur d'ordre, les gains de ce type d'intégration sont pour les activités de production non stratégiques externalisées, la capacité d’obtenir du sous-traitant de meilleures performances de réactivité qu’en interne ou encore la réduction du temps de conception par association du sous-traitant en amont.

Si on l'entend comme une relation de plus en plus intégrée avec un ou plusieurs grands donneurs d'ordres, l'entreprise étendue est aujourd'hui une réalité pour les sous-traitants de rang 1. La plupart concentrent la majorité de leur chiffre d'affaires sur deux ou trois clients. Certaines consacrent près de la moitié de leur activité à un seul donneur d'ordre. Les commandes concernent souvent des ensembles que le sous-traitants est chargé de produire avec ses propres fournisseurs sur un cahier des charges général fourni par le donneur d'ordre.

Pour les PME (sous-traitants de rang 1 & 2) des filières industrielles, l'intégration avec le donneur d'ordre dans une relation de type entreprise étendue est au départ bien souvent un pré requis imposé par ce dernier. C’est également la possibilité de valoriser un savoir- faire unique en utilisant les moyens mis en œuvre, d’occuper un rôle central en devenant des développeurs (R&D, co-conception, conception déléguée) et des intégrateurs (système et modules) cela permet  de s’installer dans une relation plus durable avec le donneur d'ordre.

Pour les PME ( rangs n ) qui regroupent des entreprises de taille et de positionnement très variés, équipementiers, fournisseurs de sous-ensembles, sous-traitants de spécialité et de capacité intègrent bien souvent aussi les outils à la demande de leurs clients (l'EDI dans le secteur automobile) n'y voient pas toujours un moyen permettant de réduire leurs coûts ou d 'augmenter leur part de valeur ajoutée.

  Évolution de la sous-traitance industrielle dans l’entreprise étendue ?  

Très souvent intégrée dans les orientations structurelles des entreprises, la sous-traitance occupe une place accrue dans l’industrie. L’externalisation croissante pratiquée par les entreprises manufacturières traduit une logique industrielle dans laquelle les entreprises se recentrent sur le coeur de leur activité. D’abord initiée dans le secteur automobile, cette pratique s’est étendue aux autres activités. Devenue incontournable, la sous-traitance de spécialité (70 % de la sous-traitance industrielle), est l’apanage d’entreprises qui détiennent seules le savoir-faire. Elles sont également les seules à pouvoir supporter des équipements fortement productifs et flexibles dont la rentabilité n’est assurée que grâce à la multiplication des commandes. Si le rapport de force entre clients et fourniseurs s’est amélioré depuis une dizaine d’années dans le sens d’un meilleur équilibre, il n’en reste pas moins que des liens de dépendance demeurent.  La survie des entreprises de sous-traitance passera par la mise en œuvre des nouvelles technologies. Cette obligation est économique (coûts, délais), mais également structurelle. En effet, les donneurs d'ordre demanderont de plus en plus aux sous-traitants une sous-traitance "fonctionnelle".

De plus, les exigences des marchés et la compétition accrue poussent les entreprises manufacturières à imaginer de nouvelles méthodes de travail et souvent à installer de nouveaux outils, pour réduire les coûts et les délais de développement de produits de plus en plus personnalisés. Pour les entreprises, et notamment les PME deux séries d'enjeux ont pour point commun de mettre en oeuvre de la collaboration entre acteurs. En interne, mobiliser les compétences pour constituer, et développer  un capital intellectuel spécifique utilisant et partageant au mieux les connaissances et les réseaux en mobilisant les compétences. En externe, il s'agit de s'inscrire dans des chaînes de valeur collectives verticales - entre donneurs d'ordre et sous-traitants - ou horizontales, pour élargir la taille d'une même offre ou pour proposer un ensemble plus riche d'offres complémentaires.

Ces deux séries d'enjeux ont pour point commun de mettre en oeuvre de la collaboration entre acteurs : personnes ou services en interne, entreprises en externe

L 'un des facteurs clés de succès majeurs passera par une capacité d'insertion forte dans la filière : organisation, hommes et outils travaillant en logique projet, expérience du travail collaboratif, capacité à gérer un réseau de sous-traitance.


Pour toute information:  team@ticpme2010.fr, 01 53 43 82 70


Last modified 2007-05-03 11:22 AM
« October 2017 »
Su Mo Tu We Th Fr Sa
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
 
 

Powered by Plone

This site conforms to the following standards: